Les conteurs

Carine Donckers

Née il y a quelques années près d’un terril carolo, Carine Donckers n’est pas très grande mais n’aime
pas pour autant qu’on l’appelle « la petite » !
Elle, ce qu’elle aime, c’est les soirées entre copains, refaire le monde à 4 heures du matin ou les mots anciens comme « clepsydre ». Certains la disent perfectionniste, pince sans rire,  voire cinglante dans sa façon de conter, d’autres encore qu’elle a une présence terrienne sur scène. Allez comprendre… Elle, vous dirait sans doute plus simplement « Je suis taureau, quoi ! ». Petite, elle voulait être princesse, avoir un beau carrosse et faire plein d’enfants. Elle n’en est pas si loin : aujourd’hui, elle est conteuse, a plein de livres remplis d’histoires et fait rêver petits et grands.  « Enfin… J’essaye ! » précise-t-elle modestement.

Ludovic Flamant

Né petit, Ludovic Flamant voit le jour quelque part entre 1977 et 1979. Son prénom aux racines
germaniques signifie gloire et combat mais il a toujours préféré rester dans l’ignorance et croire que cela venait du latin :  joueur. A l’école, ses professeurs le disaient « dans la lune », à quoi la malice des contes répond aujourd’hui pour lui : « N’est-ce pas de là qu’on voit le mieux ? »
Un matin, il dresse la liste de ses rêves et décide de les accomplir. Tous. Parmi ceux-ci figure en bonne place celui de raconter des histoires, que ce soit en livres (www.ludovicflamant.be) ou sur scène.
Il aime l’humour noir – sans sucre, merci – les histoires de promesses trahies, de roi-porc et d’amours naissantes. Il aime surtout les sentiers hasardeux, quand l’histoire l’emporte là où il n’aurait pas osé s’aventurer de lui-même.

Jonathan Lamblot

Par un beau jour de printemps, lorsque la nature offre le meilleur d’elle-même, dit-on, Jonathan Lamblot apparait au sein d’une famille à la complémentarité parfaite : un père issu d’une généalogie de patriarches et une mère bercée par une génération de mères italo-matriarcales. De quoi être le spectateur de fortes étincelles !
Riche de cette palette haute en couleurs, il travaille ses contes à la façon d’un bovidé, c’est-à-dire en prenant le temps de « ruminer » chaque histoire lentement mais sûrement.
Enthousiaste et enthousiasmant, il aime les petites faiblesses humaines et les grandes réalisations de l’être. Et c’est de cette énergie bienveillante toute particulière qu’il vibre et vous accompagne à travers ses histoires.

Marie Montoisy

Olivier Nisole

Née au siècle passé petite dernière d’une fratrie, Carmen Weber a passé beaucoup de temps à courir pour suivre les pas des grands. Elle grandit en tendant l’oreille aux mots qu’elle ne comprend pas et s’invente ses propres définitions. Elle se dit qu’un jour elle comprendra tout. 
Des années plus tard, elle constate que des zones d’ombres persistent.
Révoltée par cette désillusion, elle trouve en racontant  un moyen de jeter son grain de sel dans les rouages de l’univers.
Et si elle ne comprend toujours pas plus, au moins, elle en cause, elle partage.
Elle affectionne les histoires où se côtoient  l’absurde, l’humour et un rien d’étrangeté. Elle les raconte avec simplicité en fonçant tout droit, tenant fermement son fil.
Parfois, elle s’arrête pour flâner et écouter le vent.

Kyung Wilputte

Née dans un des pays du soleil levant, grandissant dans celui du chocolat et de la frite, Kyung Wilputte n’est ni d’ici ni d’ailleurs. Tel le crabe dur et tendre à la fois, elle chemine gaiement en assumant ses contradictions. Nourrissant sa parole de sa sensibilité et de sa justesse, ses héros reflètent par ailleurs sa détermination et sa combativité. Fleur bleue souriante ne se prenant pas trop au sérieux, osant pourtant les paroles ou les propos durs, elle traque les non-dits et les moments creux où l’on parle pour ne rien dire, interroge la nature humaine, revisite ses souvenirs, parle d’amour, de femmes, de mères et de séparation.  Elle aime assaisonner ses histoires de poèmes et de chants. Mais c’est avant tout le bonheur de la rencontre avec le public qui la passionne. Tendez l’oreille, elle a des choses à vous dire…

www.kyungwilputte.wordpress.com